4 août 2011

Mai Tai 101

Il y a deux cocktails tikis vraiment célèbres: le Zombie et le Mai Tai. Ça tombe bien parce qu’ils se complètent bien. Le Zombie est une concoction complexe, incorporant deux ou trois ingrédients pas évident à trouver, qu’on peut difficilement faire à la maison. Tandis que le Mai Tai est un cocktail relativement simple que tout le monde peut préparer sans problème.

Le Mai Tai a été inventé à Oakland en 1944 par Victor Bergeron, alias Trader Vic, un des premiers restaurateurs à décorer son établissement dans le style «paradis des mers du sud» et à créer des cocktails exotiques à base de rhum pour attirer de la clientèle.

Note à moi-même: j’ai lu que le père de Bergeron était un Canadien-Français. Faudrait bien que j’essaie d’en apprendre plus long là-dessus.

Trader Vic a inventé plusieurs cocktails, mais le Mai Tai est sans contredit sa plus grande réussite. Moi en tout cas, c’est devenu mon cocktail préféré. J’aime la collision entre les ingrédients sucrés et l’amertume du jus lime. J’aime aussi que le goût du rhum ne soit pas trop masqué par les autres saveurs. Ce cocktail-là est un petit chef d’œuvre d’équilibre et de subtilité… à condition qu’on le prépare comme du monde. C’est à dire comme ceci…

Mai Tai

-2 oz de rhum brun
-1 oz de jus de lime frais
-1/2 oz de curaçao
-1/4 oz de sirop de sucre
-1/4 oz d’orgeat


La préparation est simple. On met tous les ingrédients dans son shaker avec une bonne quantité de glace pilée et on agite une quinzaine de secondes. Puis on verse la mixture dans un verre Old Fashioned qu’on décore avec un brin de menthe. La tradition veut aussi qu’on cale une moitié de lime pressée dans le verre.

Pour faire comme les pros, on peut utiliser deux rhums à part égal. Les experts recommandent de mélanger un rhum brun de la Jamaïque et un un rhum agricole vieillie de la Martinique, mais on peut très bien s’amuser à tester d’autres combinaisons. Le Mai Tai que je suis en train de boire contient du Appleton Estate 12 ans de la Jamaïque et du El Dorado 12 ans de la Guyane et il est fantastique.

Comme curaçao, j’utilise du Grand Marnier. C’est le seul curaçao en vente à la SAQ si on exclut le curaçao bleu qui n’a pas d’affaire dans un Mai Tai. À la rigueur, on peut aussi utiliser du Cointreau ou du Triple Sec.

L’orgeat est un sirop à saveur d’amandes qu’on trouve dans pas mal d’épicierie. Chose certaine, il y en a à mon IGA. Mais c’est du Marie-Brizard qui me semble d’assez piètre qualité. Va falloir que j’essaie de trouver mieux bientôt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire